Passer au contenu

Episode #13 – Pauline & Thomas @tinderetsespepites

En raison de la crise sanitaire actuelle, nous avons été contraints de virtualiser notre socialisation. Ainsi, comme pour refléter cette nouvelle réalité digitale, de nombreux comptes Instagram reprenant des captures d’écran de profils d’applications de rencontres ont vu le jour. Certains dénoncent le racisme, le sexisme, la grossophobie, d’autres affichent simplement des profils osés, cyniques, drôles. Tous en tout cas sont les témoins de nos identités numériques.

Plus c’est cash, plus tu te démarques

Le parti pris du compte @tinderetsespepites, qui a connu un succès fulgurant sur Instagram ces derniers mots, est principalement de faire rire. Les utilisateurs des applications de rencontres étant de plus en plus nombreux à hanter le monde virtuel de la drague faute de mieux, ils redoublent de sarcasme, de cynisme, de jeux de mots plus ou moins trash pour attirer l’attention de leurs avatars.

Le succès est si énorme que les utilisateurs Tinder s’inspirent désormais des punchlines de ce compte pour remplir leur bio ou pour envoyer le premier message, celui qui va faire la différence.

La mise en abîmes des réseaux sociaux à l’oeuvre

Peut-on voir ce phénomène comme de l’introjection, c’est-à-dire le processus en psychanalyse qui met en évidence le passage fantasmatique du dehors au dedans mais appliqué à l’échelle du dehors virtuel qui est bien plus vaste, bien plus fulgurant que nos environnements traditionnels et délimités ?  Les réseaux sociaux se confrontent et se complètent et nous amènent sans cesse à retravailler notre image, ils nous valident, nous invalident, nous donnent des shoots d’adrénaline. Et après quoi ?

Pauline & Thomas témoignent de leur démarche

J’ai donc demandé à Pauline et Thomas, créateurs du compte tinderetsespépites, de me parler de l’image que renvoie leur compte d’une génération qui n’a plus à rien perdre et fait tout pour en rire.

Homo Swipiens · #13 Pauline & Thomas @tinderetsespepites : « ça c’est une belle pépite ! »

Les gens se mettent plus à nu et font moins attention à leur image et ça se ressent à travers leur profil. Ils affichent clairement « je suis là pour du cul et c’est à prendre ou à laisser ». C’est en tout cas ce que j’ai pu ressentir ces dernières années sur Tinder. 

Pauline @homoswipiens

Ecoutez cet épisode sur toutes les autres plateformes de podcasts

Bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 12 =