Passer au contenu

Elvire Duvelle-Charles: Faire face à la dictature algorithmique

Le monde virtuel nous a offert de merveilleux moyens de communiquer rapidement sans contrainte de temps ni d’espace. Les frontières n’existent plus – enfin sauf pour les réseaux verrouillés par des dictatures – les lois peuvent être déjouées, d’autres doivent être créées pour donner un cadre à ce nouveau monde.

Après Me Too

Ce monde qui nous a permis d’accéder facilement à la connaissance mais aussi de mettre en danger l’ordre établi, car désormais le smartphone est une arme. On filme les scènes de violences policières, on dit “me too”, on révèle des management toxiques au sein d’entreprises, on diffuse le savoir, la colère, la révolte. Mais pas de Yin sans Yang, d’Eros sans Thanatos, de pulsion de vie sans pulsion de mort. Les pendants mortifères de ce merveilleux outil qu’est le world wide web et de toutes ses déclinaisons seraient impossible à lister. 

J’aimerais essayer de comprendre comment le cyber a été un espace d’empouvoirement et de diffusion de savoir, d’outil politique, comment il a remis en cause les rapports de pouvoir existants, comment les frontières entre vie intime et vie publique ont été pulvérisées, comment l’individu se voit désormais non plus uniquement à travers le regard de l’autre mais à travers l’objectif de milliards de smartphones. Comment ce monde désincarné incarne notre monde.

Le pouvoir des les réseaux sociaux

J’aimerais donc ouvrir le bal de cette troisième saison avec trois activistes qui luttent à leur façon pour plus de justice sociale et qui ont fait du web leur terrain de jeux. Elles sont particulièrement bien placées pour en faire une critique acérée, comme c’est le cas de la première invitée qui ne met plus son énergie à créer du contenu en ligne mais à explorer des espaces d’existence pour des communautés hors lignes. 

Sortir des réseaux et reprendre le pouvoir

Le premier épisode (et 20e du podcast) met à l’honneur Elvire Duvelle-Charles, journaliste, réalisatrice, autrice – notamment du livre “Féminisme et réseaux sociaux” – et cofondatrice de la Clitrévolution.

Dans cet épisode nous allons d’abord parler de l’avenir hors ligne de la Clitrevolution, de la nécessité d’explorer des espaces où l’on se parle en face à face, d’escalade de haine, de polarisation des idées sur internet, de cyberharcèlements, de convergence des luttes. Ce qui est sûr, c’est que la révolution à venir se fera sans sextoys. 

Bonne nouvelle saison ! 

Remerciement spécial à Hanneli Victoirejournaliste indépendant, pour sa participation. 

Musique: Guazu Guazu

Postproduction et mixage: Leonardo Pedron alias LASERGUN 

Si cet épisode vous a plu, n’oubliez pas de lui mettre plein d’✨🌟 et des commentaires sur Spotify et Apple Podcast. 

Retrouvez Homo swipiens sur Instagram et Facebook pour toujours plus d’analyses des réseaux sur les réseaux ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 × 25 =